titresite
accueil site > Reportages > Les Mardis de Viva Cité > L’histoire de Sophocles ou la légende vivante d’un philosophe décapité (...)

L’histoire de Sophocles ou la légende vivante d’un philosophe décapité !

jeudi 14 avril 2011 , par auteur Sylvain Marchand

Environ 380 personnes sont venues assister au spectacle Voyage en Bordure du bord du bout du monde des Trois points de suspension mardi 12 Avril à l’espace Marcel Lods de Sotteville-lès-Rouen. Programmé à l’occasion des Mardis de Viva Cité par Daniel Andrieu, la compagnie a littéralement dynamité l’ouverture de la saison des Mardis et conquis le public qui découvrait, pour la plupart, leur univers loufoque et burlesque.

Inspiré des films d’épouvantes des années 50 et du théâtre forain, le décor est installé sur une petite esplanade entourée d’immeubles, d’espaces verts et d’un terrain de foot.

Ce soir, les frères Grimox nous présentent SOPHOCLES, le philosophe sans corps, mystère encore inexpliqué ! Ce soir, c’est aussi la première de Beauregard Anobile, remplaçant de Mathieu Leroux, dans le rôle du Corbeau-Garou pour lequel la compagnie a travaillé une dizaine de jours en résidence à l’Atelier 231. Aux vues des péripéties acrobatiques, on se demande si Beauregard a bien été informé du sort qui lui était réservé. Je me prends à imaginer les conditions d’un éventuel recrutement.

-----Entretien fictif-----

Beauregard, votre candidature a retenu notre attention néanmoins nous souhaiterions vous poser quelques questions afin d’être certain que vous correspondez au profil que nous recherchons.

Voyez-vous un inconvénient à courir avec des échasses après l’un de vos partenaires vous lançant des bâtons de ski déguisé en poulpe ?

Acceptez-vous d’être catapulté à plusieurs mètres de haut sans que nous puissions garantir votre réception à 100% ?

Acceptez-vous de léguer votre corps à la compagnie ? Aucune réclamation ou plainte ne pourra être effectuée par vous ou l’un de vos proches.

-----Fin de l’entretien----

Beauregard, perché à 3 mètres de hauteur se battant à coup d’épée en mousse avec un ours, a manifestement dû accepter toutes ces conditions.

Mais l’un des temps fort du spectacle reste sans conteste le grand saut du Corbeau-Garou catapulté de l’arrière du décor pour venir atterrir à quelques mètres du public. Les enfants n’en reviennent pas. Les adultes non plus, mais pas pour les mêmes raisons.

Une petite fille se retourne vers sa maman et lui glisse d’une voix inquiète « maman, je crois que le monsieur s’est fait mal ». Beauregard se tient effectivement la jambe et semble boiter. Fiction ? Le détail est grinçant….mais doit être prévu dans le contrat qu’il a dû signer « à l’encre de son sang » j’imagine.

Les parents rient de bon cœur, même si certains avoueront que des passages sont un peu « gores » pour des enfants. De leur côté, les enfants ne sont pas du même avis et les remarques fusent. « C’était énorme ! »… « un truc de ouf ! » lance un ado qui se précipite pour aller voir la tête de Sophocles incarnée par Neil, véritable bête de foire….

Pendant ce temps, le reste de la compagnie continue d’occuper le devant de la scène et attendra que tout le monde ait pu voir la tête du philosophe avant de conclure le spectacle.

Vous l’aurez compris, ce spectacle est un véritable ovni à l’image de ces 5 garçons qui mélangent humour, folie et générosité ! Alors si jamais ils passent dans votre ville, courez les voir…car cette compagnie (qui ne s’est instaurée aucune limite pour nous faire rire) reste un mystère encore inexpliqué.

Photos : Sylvain Marchand

SPIP | squelette | | plan site | icone suivi activite RSS 2.0