titresite
accueil site > Reportages > Fish & Chips 2010 > La promenade des anglais

La promenade des anglais

vendredi 29 janvier 2010 , par auteur Jean-Marie Grall , Sylvain Marchand

trad article traduction [English] [français]

Animé par l’électron libre Fred Tousch, cette deuxième journée du festival Fish & Chips a permis au public de côtoyer tout le long de la « promenade des Anglais » l’univers absurde d’Edmond Thal, la déambulation interactive des marionnettes Hodman and Sally, les prouesses aériennes de la compagnie Altitude ou encore les récits des explorateurs de The Strangelings.

Dès leur arrivée à l’Atelier 231, le public est immédiatement immergé dans l’ambiance féérique des installations de feux de la compagnie Carabosse (augmentant par la même occasion la température extérieure de quelques degrés).

C’est d’ailleurs aux sons des cliquetis mécaniques de ces installations que les Stuff’n’things entrainent les spectateurs au plus profond de l’humour anglais. Interrogeant le public, une carte à la main, sur l’endroit où enterrer un cercueil, les 3 croque-morts se relayent pour creuser le trou qui servira de refuge à la dépouille…Frappant contre les parois, ce dernier a manifestement encore des choses à dire. Caractéristique du flegme anglais ou simple conscience professionnelle… les employés n’arrêtent pas leur besogne pour autant. Un peu plus tard, un des comédiens revient déambuler sur la promenade, confrontant le public aux péripéties loufoques et surréalistes d’Edmond Thal. Attaqué par un essaim d’abeilles ou pris au milieu d’une fusillade de western spaghetti, Edmond semble avoir bien du mal à garder son calme.

Hodman and Sally sont deux marionnettes qui incarnent un couple de personnes âgées à la taille minuscule et accrochent immanquablement la sympathie du public. Les petits restent émerveillés devant une telle humanité se dégageant de ces marionnettes et les plus grands échangent avec elles sur leur vision du monde, pas toujours en prise avec la réalité d’aujourd’hui.

Progressivement deux silhouettes barbues se rapprochent de la promenade, le dos courbé, couvert de frimas et tirant l’équipement leur ayant servi à réaliser une interminable expédition au Pole Sud. A en croire leur récit, les deux explorateurs de The Strangelings seraient d’abord passés par Dijon, Marseille, Toulouse, Nantes, Toulouse (à nouveau) avant d’échouer héroïquement à Sotteville-lès-rouen. Les spectateurs sont amusés devant une telle aventure, vouée manifestement à l’échec, qui se conclut régulièrement au comptoir du Fish & Chips, trouvant refuge chez nos cuisiniers-maison.

A plus de 30 mètres de hauteur, la compagnie Altitude débute avec un numéro de tissus nécessitant une incroyable agilité physique où le corps passe par toute une série de transformation. Cette performance se conclut par une traversée du funambuliste, Didier Pasquette bravant sans difficultés les conditions extérieures.

Retour ensuite vers l’univers décalé des anglais de Wet Picnic qui tentent de nous donner un cours intensif en 20 minutes sur la façon de « bien se comporter à table ». Amusant et surréaliste, la table est un prétexte aux plus excessives extravagances et un lieu de grand bazar où la gourmandise devient quelque chose d’excitant.

Ouvert en continu, le Magnifique Musée du Cirque des Insectes retraçant plus de 3 siècles sur de nombreux continents est indéniablement le meilleur musée au monde en son genre. Logé dans un camion Bedford TK d’époque, le musée rappelle que les insectes, eux non plus, n’ont pas été épargnés par la Peoplemania, clin d’œil aux Beatles. Une réplique de la pochette du plus célèbre album du groupe a été reproduite à l’identique, à une exception près : Le Sergent Pepper est devenu The Commandant Cicadellas Insect Circus Band !

SPIP | squelette | | plan site | icone suivi activite RSS 2.0