titresite
accueil site > Reportages > Transe Express en Pointe Bretagne > Premières retentissantes des Tambours de la Muerte de Transe Express en (...)

Premières retentissantes des Tambours de la Muerte de Transe Express en Pointe Bretagne

jeudi 31 mars 2011 , par auteur Jean-Marie Grall , Jessica Roumeur , Marine Lecoutour , Yffic Cloarec

trad article traduction [English] [français]

Après une dizaine de jours de résidence au Fourneau à Brest, la compagnie Transe Express proposait en avant première, le jeudi 24 mars sur les quais du Port de Brest, sa toute nouvelle création : Tambours de la Muerte. Deux jours après, à Carhaix dans le cadre des Charrues dans la Rue (partenariat entre le Centre National des Arts de la Rue le Fourneau et l’association les Vieilles Charrues), la compagnie eurroise présentait en première mondiale cette célébration iconoclaste, pyromaniaque et percutante.

Alors que le flot des spectateurs s’amoncelle tranquillement et que les discussions vont bon train, le vacarme insolent des Tambours de la Muerte de la compagnie Transe Express vient couper court aux bavardages. Tandis que le public se laisse prendre, distrait et amusé par le rythme des musiciens masqués, SOUDAIN, un nuage rougeoyant nous plonge dans l’atmosphère catastrophique des Enfers. Catrina, version plantureuse et mexicaine de l’Ankou breton, fait son entrée perchée sur ses échasses, escortées par deux squelettes géants, tels deux mafiosi moqueurs, le cigare à la bouche, surplombant la masse et jouant avec le public dont les réactions hésitent entre terreur et joie. Au son des tambours tapageurs, la belle et dangereuse faucheuse part en quête de son cavalier parmi la foule. Mais pour danser le tango « de la muerte » aux bras de Catrina, il faut être irréprochable. Les victimes se succèdent joyeusement mais, ne parvenant jamais à la hauteur des exigences de Madame la Mort, finissent toutes par se faire rejeter dans le commun des mortels. Joyeuse célébration mortuaire !

Quelques tours de rues plus tard, les tambours nous mènent au bivouac final : là où la dernière heure va certainement sonner pour quelqu’un… Le public est rassemblé, installé, impatient… que démarre le funèbre mais festif final de cette soirée ! Sur scène, les squelettes-tambourineurs de l’au-delà sortent de leurs cercueils et entament leur concert rock-macabre. Catrina scrute le public jusqu’à ce que ses yeux se posent sur celui qu’elle invitera à passer de « l’autre côté ». Mais avant que son passage ne soit autorisé, la victime doit faire ses preuves. Elle devra passer à travers les flammes de la faux de Catrina, tambouriner en rythme sans être déconcentrée par les moqueries des musiciens trépassés, faire fi de son vertige en voltigeant courageusement sur le mât chinois et diriger l’orchestre de la mort pour le bouquet final : feux d’artifice, tambours-têtes-de-morts crachant du feu, guitares électriques et exclamations du public…

Si le jeune homme désigné parvient à surmonter toutes ces épreuves, il recevra le privilège de rejoindre le monde de l’au-delà ainsi que les rangs des Tambours de la Muerte pour une ultime déambulation dans les rues, chaleureusement escortés par les spectateurs visiblement conquis !

Les photos de l’avant première le jeudi 24 mars 2011, sur les quais du Port de Commerce de Brest :

Les photos de la première mondiale le samedi 26 mars 2011 à Carhaix, dans le cadre de la 2ème édition des Charrues dans la Rue :

info portfolio

SPIP | squelette | | plan site | icone suivi activite RSS 2.0