titresite
accueil site > Reportages > Fête dans la Ville 2012 > Waterlitz/Générik Vapeur

Waterlitz/Générik Vapeur

35 tonnes de poésie

mardi 26 juin 2012 , par auteur Joël Verhoustraeten , Mathilde Vautier , Stéphanie Bescond

trad article traduction [English] [français]

Générik Vapeur et son totem de métal de 19 mètres de haut ont interpellé le public sur notre société en danger de déshumanisation.

« A l’image de toutes les inventions humaines, l’importance réside dans l’utilisation que l’on en fait  », explique Caty Avram, co-fondatrice de la compagnie. Avec Waterlitz, Générik Vapeur a choisi de transformer de froids containers à marchandises en hymne à la vie et à la différence.

« Il s’agit d’un grand spectacle à la verticale qui nous permet d’avoir une relation atypique avec les spectateurs car le propos se situe dans l’image  », poursuit Caty. Des images qui défilent sur ce géant de métal au rythme endiablé de la musique jouée en live. Une forêt originelle, les premières cultures humaines, un ours polaire à la dérive loin de sa banquise…le propos se dessine.

« Nous souhaitons alerter contre les méfaits de la mondialisation. Nous refusons une vie standardisée. Nous voulons qu’il reste une diversité tant au niveau de la nature, qu’au niveau de la société, des humains  », précise la cantatrice. On le comprend d’autant mieux lorsque des containers s’ouvrent et libèrent en masse des objets de consommation. La symbolique est claire.

Petit à petit, le totem prend forme humaine. Son cœur se met à battre, une bouche apparaît. Au son de la cornemuse, l’Omni Ideal X se met à danser : « Il s’agit d’une création vidéo très pointue. On ne projette pas sur un simple écran, c’est le totem qui bouge. Il est vivant  », poursuit Caty.

Les images s’enchainent et les clins d’œil à la culture anglo-saxonne aussi. A commencer par les Monty Python et les célèbres animations de Terry Gilliam. Des références qui rappellent que cette création est une co-production franco-anglaise : « Grâce au Zepa, nous avons travaillé avec les équipes anglaises. Cela nous a permis d’avoir une grande liberté de création tout en ayant une visibilité sur le long terme. Un projet qui nous a vraiment stimulés !  », explique Pierre Berthelot, co-fondateur de Générik Vapeur.

Au bout d’une heure, le public voit ce grand livre d’images se refermer dans un tonitruant jeu de pyrotechnie. Un spectacle grand format qui n’a pas laissé le public amiénois indifférent.

Photos Article : Mathilde Vautier / Photos Portfolio : Joël Verhoustraeten

info portfolio

SPIP | squelette | | plan site | icone suivi activite RSS 2.0