titresite
accueil site > Reportages > Les Rias 2012 > La brigade Générik Vapeur au garde-à-vous à Quimperlé

La brigade Générik Vapeur au garde-à-vous à Quimperlé

mardi 28 août 2012 , par auteur Cécile Babin

« De l’ordre et de la méthode », tels étaient les mots d’ordre de la brigade Générik Vapeur au garde-à-vous hier matin à 11h11 sur la place Saint-Michel de Quimperlé dans le Finistère. C’est surtout le désordre qu’ils ont mis dans les rues de la ville et selon leur propre méthode, estampillée Générik.

La brigade au sein de laquelle tout le monde était chef (oui chef !) sans vraiment l’être, a en effet décidé de faire un contrôle de routine dans la ville. Un prétexte pour en fait distribuer des cartes postales à l’effigie des Rias, invitant les habitants à venir assister à leur spectacle Drôles d’oiseaux et art blaxon, programmé grâce au réseau ZEPA, qui ouvrira le festival ce jour même à 19h12.

Les rois de l’improvisation ont l’œil partout ! Le centre-ville de Quimperlé, qui a connu les premiers embouteillages de son histoire hier, est devenu le temps d’une matinée le terrain de jeu de la compagnie. Résultat des courses : les passages cloutés ont fait office de nids douillets ; les voitures ont été réquisitionnées, fouillées, démontées ; rien de mieux qu’un bain de pieds dans les égouts du quartier ! ; une paire de fesses piquée par une infirmière pressée ; « chut, chut, chut  » une petite fille bercée puis réveillée par les sifflets ; un rond-point totalement désorientée ; une perquisition aquatique rondement menée ; et pour les personnes qui se seraient levées du mauvais pied, un message clair : « Madame, vous souriez, ou vous quittez la rue s’il-vous-plait  » … et bien d’autres encore.

12h11 : les gosiers s’assèchent. Ils auront bien tenté de s’incruster chez certains habitants, réveillés par les klaxons et les sifflets ; ou de réquisitionner les paniers à courses mais rien à faire … les gardes champêtres ont eu beau pousser la chansonnette sur le parvis de l’église, personne n’aura eu pitié d’eux. Ils finiront par s’attabler … et comme le hasard fait bien les choses à côté de touristes anglais ! Après ces quelques années au sein de la Zone européenne de projets artistiques, les Générik maîtrisent la langue de Shakespeare et l’un des gardes champêtres de lancer :«  to beer or not to beer, that is the question  »…Waterlitz n’est jamais trop loin !

Ils auront donc fait beaucoup de bruits pour un lundi matin avec cette petite mise en bouche qui espérons-le donnera envie aux Quimperlois. Les Générik refusent toute responsabilité bien sûr : « On porte déjà le képi, d’ici là qu’on porte le chapeau… » et repartent enchantés de ce premier contact avec la population.

Photos : Sébastien Parot

SPIP | squelette | | plan site | icone suivi activite RSS 2.0