titresite

Luc Amoros

Une conversation avec la compagnie Luc Amoros et un spectacle de rue en soirée à Brest

jeudi 14 octobre 2010 , par auteur Etudiants de Winchester 2010 (traduction Valérie Gooch)

trad article traduction [English] [français]

Le Fourneau nous a fait rencontrer quelques membres de la compagnie ’Luc Amoros’, qui nous ont présenté leur travail et leurs idéologies. En soirée, nous sommes allés voir le spectacle de rue de Luc Amoros intitulé ’Page Blanche’ dans le centre de Brest. Nous voudrions partager nos expériences sur le travail et l’observation de Luc Amoros.

Dans l’après-midi du 7 octobre, nous avons rencontré quelques membres de la compagnie Luc Amoros pour parler avec eux de leur travail et de la façon dont la création s’est développée. La compagnie s’appelait à l’origine ’Amoros et Augustin’, les deux membres fondateurs de la compagnie. Leur travail consistait principalement en de simples spectacles de marionnettes, de jeux d’ombres et de théâtre. De là ils ont commencé à inclure d’autres disciplines, telles que la peinture, le cinéma, l’animation, le multimédia, le texte, l’utilisation de formes humaines et plastiques pour créer des ombres et la musique. Luc Amoros est connu pour son utilisation de grands écrans derrière lesquels les artistes jouent en utilisant leur silhouette et autres techniques multimédia. Cela crée une illusion de film du style des années 30, avec des images en noir et blanc et du théâtre basé sur des évènements historiques et culturels.

JPEG - 28.5 ko
Drawing by Kira Palmer

A l’origine, il y avait une technique dans laquelle une lumière fixe brillait contre un écran pour créer des silhouettes mais Luc inventa la technique qui consiste à faire bouger la lumière tout au long de la représentation pour rendre les ombres encore plus vivantes. Dès lors Luc Amoros prit le parti de ne pas perdre la magie de l’illusion même si les interprètes sont visibles par le public mais au contraire d’accroître cette magie. Pour la compagnie, quand il n’y a pas « d’écran physique », elle s’assure qu’il y ait une barrière claire entre les interprètes et le public, barrière qui disparaît toujours à la fin du spectacle. Quand il y a un « écran physique » c’est une structure énorme composée d’échafaudages et de plastique qui mesure en gros 10 mètres de hauteur et de largeur. La compagnie Luc Amoros n’est pas uniquement in situ, son travail s’effectue aussi en salle. Cependant, depuis quelques années, la compagnie est de plus en plus connue pour son travail en rue. La compagnie pense que jouer en rue est parfois plus chaleureux. Nous pensons que cela signifie que c’est parce que le spectacle est joué en extérieur et est gratuit, que tout le monde peut y assister. Il y a une notion de communauté et d’unité dans le lieu qu’ils choisissent pour présenter leur spectacle. Le fait de faire des spectacles en 360° degré est quelque chose qui l’a amené à porter une grande partie de son travail sur l’espace public. Cela permet au public de voir chaque aspect du spectacle selon différents angles, en choisissant ce qu’il souhaite voir et en sachant que chaque expérience est différente. Donc dans le spectacle intitulé ’360 degrés’, le spectateur peut voir une une projection du film, des artistes et l’écran avec des silhouettes. Amoros a travaillé plusieurs fois au Fourneau. Luc Amoros à l’origine, a commencé à travailler avec des chanteurs, des danseurs et des comédiens à qui il a appris progressivement à peindre. Maintenant, il travaille avec des peintres ou des artistes à qui il apprend le jeu d’acteur (ainsi que le chant et la danse). Nous trouvons cela très inspirant d’autant que nous n’avons jamais vu un tel travail auparavant.

Page Blanche est un spectacle incroyable car il inclut la plupart des techniques dont nous avons parlé précédemment. Les artistes du spectacle sont à la base des peintres qui ont été formés au chant, à la danse et au jeu. Pour nous c’est tout à fait stupéfiant tant nous savons combien il est difficile pour un artiste d’être doué dans plusieurs disciplines quand il a été formé à un art spécifique. Nous les artistes pouvons parfois rester sur nos modes de fonctionnement sans se remettre en cause. C’était un spectacle d’une grande énergie tout du long qui a exigé des interprètes de peindre, chanter et danser en même temps, mais aussi à dire du texte par moment.

Le spectacle a rassemblé un public nombreux car il a eu lieu dans le centre ville de Brest et était gratuit. C’est aussi étonnant pour nous de constater que c’est en général assez cher d’assister aux festivals et spectacles anglais. La compagnie et les artistes ont été une grande inspiration pour nous, nous encourageant à penser différemment, à innover et essayer de créer des travaux qui soient une révélation tout comme ce spectacle a pu l’être.

Nous voudrions personnellement remercier le Fourneau et les partenaires ZEPA pour avoir rendu ces expériences possibles, nous emporterons tant de choses précieuses avec nous.

Crée par Jessica Anstiss, Ashleigh Greenslade et Kira Palmer

SPIP | squelette | | plan site | icone suivi activite RSS 2.0